Algérie



 rel=
Taza National Park
© Taza National Park

Développement du plan de gestion pour le Parc National de Taza

Le projet pilote en Algérie vise à supporter le Parc National de Taza, dans la province (Wilaya) de Jijel (nord-est de l’Algérie) dans le développement d’un plan de gestion pour l’aire marine adjacente au Parc.

La future AMP inclura le Banc des Kabyles, déjà classé Aire Spécialement Protégée d’Importance Méditerranéenne (ASPIM) par la Convention de Barcelone.

Le projet supportera le Parc dans la rédaction de tous les documents nécessaires pour le classement de l’AMP, en promouvant l’engagement des communautés locales dans le développement d’un plan de gestion et sa future mise en oeuvre. En attendant la désignation officielle, la gestion de l’aire marine se basera sur l’application des lois existantes et sur l’engagement volontaire des parties prenantes.

Vers un travail de conservation marine efficace

Le cadre juridique et institutionnel en Algérie a été jusqu’à maintenant l’entrave principale à la mise en oeuvre de mesures de conservation marine efficaces. La création et la gestion d’Aires Protégées en ce qui concerne les Parcs Nationaux côtiers est sous la tutelle de la Direction Générale des Forêts (DGF), tandis que le Commissariat National du Littoral (CNL), récemment formé sous l’égide du Ministère de l’Environnement, surveille la gestion des aires marines et côtières. En conséquence, de nombreuses AMP sont encore en cours de création et les AMP existantes bénéficient de mesures de gestion limitées. La loi récente sur les AMP, approuvée fin 2010, clarifie l’autorité de chaque institution correspondante et devrait améliorer la gouvernance et la mise en oeuvre de la gestion des ressources marines.

Sous la supervision de la DGF, le Parc National de Taza est l’un des trois Parcs Nationaux côtiers actuellement engagés dans la préparation du dossier de classement des aires marines adjacentes aux Parcs. À Taza, cette aire abrite des frayères et nurseries pour la pêche commerciale et une communauté coralligène remarquable en bon état de santé. Elle abonde en plusieurs espèces menacées répertoriées dans le Protocole ASP/DB de la Convention de Barcelone, ainsi qu’en espèces bio-indicatrices pour les eaux non polluées. Toutefois, cet équilibre fragile est aujourd’hui menacé par l’augmentation de l’empreinte humaine, exacerbé par l’accroissement des investissements dans le domaine touristique dans la zone de Jijel. Les pêcheurs rapportent déjà une importante réduction de la prise de poissons. 

Avec le soutien du WWF Méditerranée et des experts internationaux dans le domaine de la conservation marine, le Parc National de Taza fait des efforts importants pour protéger ces valeurs naturelles remarquables. Pendant ces deux dernières années, une série d’évaluations socio-économiques et écologiques ont été réalisées, ce qui a mené à la révision du zonage préliminaire de l’aire marine prise en compte dans le projet. Une attention particulière a été portée sur le renforcement des capacités et des compétences du personnel du Parc sur les problèmes liés à l’AMP (la plupart du personnel DGF a une formation en sylviculture ) et sur la participation complète des parties prenantes locales dans le développement progressif du plan de gestion de l’AMP. La population locale dépend largement de l’exploitation directe des ressources marines et la pêche est une source de revenu clé. Trouver de nouvelles stratégies pour mieux satisfaire les objectifs de conservation avec des avantages socio-économiques à long terme, garantir un soutien aux pêcheurs dans l’établissement de nouvelles AMP et finalement garantir la cogestion de cette aire avec les parties en question, sont quelques uns des défis de ce projet pilote.

Résultats 2009-2010

  • Le comité de pilotage local a été établi. Il est composé d’une vingtaine de membres représentant les institutions locales ;
  • Les Comités de Concertation et de Consultation technique et scientifique ont été établis, avec la participation d’experts en conservation marine nationaux et internationaux ;
  • Les études préliminaires pour la caractérisation du site ont été finalisées et elles incluent un sondage des visiteurs de la plage dans le cadre de l’étude de la capacité de charge des zones côtières du Parc National de Taza et des évaluations des oiseaux marins, de la végétation côtière, de la biodiversité marine socioéconomique et sous-marine ;
  • Le personnel du projet et les scientifiques locaux ont reçu une formation spécifique sur:
    • SIG et utilisation des images satellitaires pour le développement de cartes marines et de bases de données,
    • méthodes d’évaluation de la biodiversité sous-marine,
    • suivi des prairie sous-marine,
    • éco-tourisme dans les aires protégées côtières,
    • données socio-économiques pour la création d’AMP,
    • planification de gestion des AMP et planification pour une pêche durable (à travers un programme régional de renforcement des capacités) ;
  • Ateliers de formation et d’information organisés par les parties prenantes locales portant sur :
    • une introduction sur les AMP et la future AMP du Parc National de Taza,
    • la pêche durable dans les AMP ;
  • Visite d’échange à la Réserve Naturelle des Bouches de Bonifacio (France) organisée pour les représentants clés du Comité de pilotage local ;
  • Tournage d’un documentaire sur le Parc National de Taza achevé ;
  • Sensibilisation à la future AMP en cours grâce aux efforts de communication au niveau local et aux activités médiatiques.

Prochaines étapes 2011-2012

En 2011 le personnel du projet organisera une série de rencontres bilatérales avec le Comité de Consultation et Concertation Technique et les représentants locaux clés du Comité de Pilotage pour développer un plan de gestion. Les résultats clés préliminaires tels que le zonage et la gestion des activités seront présentés et discutés avec les parties prenantes principales, et en particulier avec les trois municipalités des futures AMP et les pêcheurs.  Parallèlement au travail local, des activités spécifiques seront mises en oeuvre au niveau national pour promouvoir l’harmonisation institutionnelle de la politique nationale liée à la conservation marine et pour améliorer la collaboration parmi les autorités marines compétentes.

Coordinateur local:

  • Taza National Park

Partenaires

  • Direction Générale des Forêts
  • Ministère de l’Aménagement du Territoire
  • de l’Environnement et du Tourisme - MATET
  • Commissariat National du Littoral - CNL
  • University of Jijel and other local Universities.
 
© Taza National Park
Biodiversity assessment
© Taza National Park

L’enjeu dans la préparation du dossier est de veiller à faire participer les collectivités locales pour que les travaux préparatoires soient effectués en concertation, sans quoi les réalisations ont peu de chances d’aboutir.

Nadia Ramdane, coordinatrice locale du projet en Algérie, Parc National de Taza