Libye



The coastline of the Green Mountain, Eastern Region of Libya rel=
The coastline of the Green Mountain, Eastern Region of Libya
© A..Pomè / WWF Mediterranean

La création des premières AMP en Libye

Le projet pilote en Libye aide l’Environmental General Authority (EGA) libyenne dans l’identification des aires marines et côtières à protéger le long de la côte libyenne, tout en améliorant les connaissances et les capacités techniques locales dans l’évaluation de la biodiversité marine et dans la planification et gestion des AMP. Le projet est mis en oeuvre avec la collaboration du projet PNUE-PAM CAR/ASP.

Renforcement de la capacité de planification des AMP

Le Rapport National libyen élaboré au sein du Plan d’Action Stratégique pour la Conservation de la Biodiversité dans la Région Méditerranéenne (PAS BIO) a identifié qu’avant d’être dans la position de créer des AMP efficaces, le pays doit répondre à plusieurs besoins : améliorer le niveau de base des connaissances sur la biodiversité marine ; étudier la planification et la mise en oeuvre des AMP ; établir un cadre juridique pour les AMP et clarifier les politiques de conservation marine. La Libye s’est engagée à travers le projet PAS BIO à développer et à mettre en oeuvre le Plan d’Action National pour les AMP en proposant une nouvelle législation concernant les AMP et en effectuant des tests pilotes des politiques et des actions dans les aires présélectionnées. 

La situation a retardé l’établissement d’AMP dans un des derniers sites presque intacts du littoral Méditerranéen. De longues parties de côte sont inhabitées et abritent des zones remarquables pour la biodiversité, des sites de reproduction et de nidification pour de nombreuses espèces menacées et clés. Des études précédentes ont notamment révélé que l’aire incluant Ain Al-Ghazalah et le Golfe de Bomba (dans la partie est du littoral libyen) est caractérisée par des prairies de posidonies étendues et anciennes, des marais salés et des plages de sable qui abritent des communautés migratoires importantes de tortues marines et d’oiseaux. L’activité humaine a par contre jusqu’à maintenant eu un impact relativement faible sur l’environnement marin. Pour ces raisons écologiques l’aire a été identifiée par les autorités libyennes comme un nouveau site potentiel pour développer une AMP.

Résultats 2009-2010

  • Établissement d’un partenariat incluant EGA, MBRC, PNUE-PAM CAR/ASP, UICN-Med, UNDP-Libye et WWF pour collaborer à un plan de travail conjoint de 4 ans visant à l’identification d’un système d’AMP le long de la côte libyenne ;
  • Mission exploratoire pour rassembler les informations scientifiques nécessaires pour la planification d’une AMP future réalisée dans le Golfe de Ain Al-Ghazalah ;
  • Augmentation de la capacité des experts et scientifiques locaux relative à la planification d’AMP, à l’évaluation de la biodiversité sous-marine et aux aspects socio-économiques liés à l’établissement d’AMP par le biais de sessions de formation sur site ou formelles ;
  • Equipe du projet formée à la planification de la pêche durable dans les AMP.

Prochaines étapes 2011-2012

La caractérisation du site de la zone autour du Golfe de Ain Al-Ghazalah sera complétée par une analyse plus approfondie du profil socio-économique des pêcheurs et des chasseurs locaux et l’ébauche de la nouvelle AMP sera finalisée. On prévoit aussi le développement de programmes de formation afin d’augmenter la capacité et l’engagement des autorités locales et de travailler sur la sensibilisation des populations locales à l’utilisation durable des ressources marines.  Les partenaires locaux et internationaux promouvront la réplication des activités du projet dans d’autres aires prioritaires.

Coordinateur local

  • Environmental General Authority

Partenaires

  • UNEP-MAP RAC/SPA,
  • Marine Biology Research Centre (MBRC) de Tajura.
 
© © EGA
Training workshop in Libya
© © EGA

EGA étudie les tortues marines, la Posidonia oceanica, et le Sterna bengalensis à Ain Al-Ghazalah depuis 2005. Notre collaboration avec le WWF et d’autres organisations internationales nous aide à développer ce savoir et à sensibiliser les populations locales à l’importance de cette zone.

Almokhtar Said, Point focal EGA pour le projet pilote de Libye